LIENS:


BEYERDYNAMIC T1 – TEST

Introduction:

Le T1 représente le haut de gamme de Beyerdynamic. Il est disponible en deux versions. La dernière version intègre un câble détachable et quelques ajustement de la courbe de réponse mais reste très proche du premier modèle.

Ce casque est un condensé de technologie et l’aboutissement du savoir faire du  fabriquant à l’origine du premier casque dynamique (réalisé en 1937: le DT48).

Avec le Beyerdynamic Tesla 1 Beyerdynamic pousse le design sur le plan de la réalisation. La finition est excellente avec des yokes usinés du plus bel effet et le casque intègre toutes les avancées techniques du fabricant Allemand.

Il vas sans dire que le Beyerdynamic T1 était un casque que j’avais envie d’explorer. Amateur de casques ouverts j’étais impatient de le comparer à des références comme l’Audeze LCD2 & 3, Le sennheiser HD800, le grado PS1000 ou encore l’Audio Technica AD2000X.

Cet article constitue mon retour d’expérience que je vous propose de découvrir.


Construction:

La construction du Beyerdynamic T1 est de premier ordre:

Il reprend dans l’apparence le design classique utilisé chez beyerdynamic sur la ligne DT avec un niveau de finition plus élevé.

Un Design éprouvé, très confortable et facilement réglable ce design est une réussite que la marque aurait tort de se priver d »utiliser.

C’est donc un peu à la manière d’Audio-Technica que Beyerdynamic utilise les bons éléments d’un design existant en poussant la réalisation sur les détails et également sur ce qui se trouve sous la carrosserie comme nous le verrons par la suite.

 

2013-08-04_114506-1024x678

Le T1  utilise un arceau en métal usiné du plus bel effet. Les Pads sont en velours microfibre. Assez fermes et confortables ils entourent bien l’oreille qui ne touche pas les drivers ou le baffle.

L’arceau est recouvert d’un bandeau cuir avec une partie en velours ou est gravé le logo. Petit  détail amusant, Vous aurez également droit à un numéro de série apparent sur le coté gauche.

Le tout est de très bon niveau. La finition des coupelles ou sont logés les écouteurs est également excellente, supérieure à la finition des modèles DT édition.


Caractéristiques techniques:

Le casque s’articule autours d’une structure semi-ouverte. On peut néanmoins raisonnablement le placer dans la catégorie des casques ouverts. Il y a un travail d’amortissement interne et de matériaux des cups qui influent sur le son mais l’isolation des bruits extérieurs est quasi nulle. Cela participe à la sensation d’aération.

Lorsque l’on achète ce type de casque c’est pour avoir une restitution la plus naturelle qui soit mais bien entendu cela nécessite une endroit à faible bruit de fond pour se plonger dans une écoute dénuée de toutes perturbations.

  • 5 – 50.000 Hz Annoncés. Intérêt minime. Cette info confirme juste que le casque est capable de reproduire une très large plage de fréquences.
  •  102 dB à 600 ohm Un paramètre beaucoup plus important ici. Le casque dispose certes d’une impédance assez élevé mais l’efficacité (le rendement) est très bon ce qui permet d’avoir facilement du niveau sur des sources modestes. Niveau ne veux pas dire qualité d’écoute et tenue du casque mais il y a ici une grosse évolution par exemple par rapport aux modèles de la série DT en 600 ohm (je pense au DT770 DT880 et DT990 600ohm). Ce casque est beaucoup plus à même d’être drivé par un équipement moyen qu’un HD800 par exemple. j’en ai tiré des résultats très honorable branché sur le préampli d’une simple carte son semi pro EMU 1616. La restitution n’a pas la même autorité qu’avec un ampli comme l’A1 mais l’écoute reste agréable. Oubliez par contre tous les petits amplis portables plutôt conçus pour des sources basse impédance. Pour simplifier les choses, je dirais qu’il se drive au niveau rendement comme un Beyer de la serie DT en 250 ohm plus que comme un 600.
  • 350g: En théorie cela est moyen mais le poid est vraiment bien réparti et on sent qu’il y a des efforts pour alléger la structure et favoriser un port confortable. Les pads sont différents de ceux du DT770 ou du DT990. Très confortables également
  • Le câble est une réalisation simple et efficace. A base d’un câble cuivre de bonne qualité terminé d’un connecteur neutrik 6.35. Une très bonne base et nul besoin d’en changer sauf si l’on veut aller jusqu’au bout dans le perfectionnisme.  Un cas de figure alternatif pourrait être le passage sur un ampli symétrique qui impose un re-câblage.
  • Des innovations de premier ordre ont été apportées au niveau des drivers, baffle sur plan incliné, découplé des cups et nouveau haut parleur avec un aimant très puissant d’où découle la grande efficacité mentionnée plus haut. Ces innovations portent le T1 comme vitrine de la marque.

2013-08-04_1150541-1024x735


Le Son:

Le T1 est un casque assez sobre au premier contact. La première écoute ne m’a pas impressionné à la manière d’un HD800, d’un Audeze ou d’un STAX. C’est un casque qui vous séduit progressivement. Point d’effet « wow » en raison d’une grande neutralité. Cette neutralité est associée à une très grande précision.

La restitution du T1 présente énormément de détails. Ce niveau de détail lui donne un caractère analytique mais cela sans que l’écoute soit trop froide ou sèche. Le son reste toujours agréable et exempt d’agressivité.

On est pas dans le chaleureux mais pas non plus dans un rendu froid. C’est un compromis d’équilibre.

Le rendu du registre grave est tenu, assez ferme avec des basses amorties plus que traînantes ce qui donne un rendu assez naturel et à l’opposé des casques qui en font trop. Par comparaison on sent même l’emphase d’un DT990 que j’ai pu identifier clairement lorsque je suis passé de l’un à l’autre.

Le T1 à une capacité à imager de très haut niveau. Coté largeur de scène le niveau est très bon avec un certain recul, juste ce qu’il faut, ni trop ni pas assez. En fait sans avoir le recul d’un HD800, il y a déjà un recul assez important qui, associé à la précision des drivers permet de développer une scène très précise. Les sons ont du relief , les panoramiques sont précises.

Le T1 est sur le plan de la profondeur un des casques avec le meilleur étagement des différents plans.

Cela, associé à la qualité du placement et à des panoramiques précises, donne une sensation de profondeur importante. Le soundstage englobe réellement l’auditeur.

Il y a une certaine habilité à revéler les détails cachés des enregistrements. Ce sont par exemples les effets ajoutés au mixage ou les subtilités laissé par les reverbs et comprésseurs utilisés lors des prises. Doubles voix, inserts de reverbs, new york compression et toutes les subtilités dont les ingénieurs ont le secret nous apparaissent clairement ici.

Coté reverbs il n’y a pas d’excès. Les reverbs ne traînent pas. Cette précision peut parfois limiter l’impression d’ampleur ou de largeur au profit de la précision. Le décay des notes est assez court. Les delays sont précis et presque mesurables.

Ce Beyerdynamic T1 est très précis sur le rendu des percussions, batteries et autres drums. Les rythmiques sont claires et entraînantes

Le T1 est un casque très linéaire et flat. L’absence de distorsion permet une écoute à fort volume sans avoir réellement de gène. Les drivers ont une capacité très intéressante à rendre les variations dynamiques de l’enregistrement. On n’est pas figé à un niveau défini et les instruments ont une certaine liberté. Cela participe au naturel de la restitution.

La réponse impulsionnelle est très bonne et la capacité à restituer les transitoires est sans faute.

Le T1 confirme ce caractère clair et droit par le fait que les aigus ne sont pas atténués par une courbe descendante (comme par exemple sur les modèles Audeze). L’ensemble n’est cependant pas trop fatiguant à l’écoute grâce à l’absence de distorsion et à la précision globale du casque.

C’est globalement un casque qui possède l’auditeur avec une habilité à sonner naturel et juste sans engendrer aucune fatigue.

Que reprocher au T1 ?

D’un coté le T1 est efficace ce qui permet de le driver assez facilement mais de l’autre sa grande précision le rend implacable pour déceler les manques de la source. Pour atteindre un rendu de pointe il faudra travailler énormément l’association DAC / Ampli / Câbles. L’association que j’ai réussi à obtenir avec l’A1 et mon Dac actuel est déjà de très haut niveau.

Sur un Bryston BHA 1 avec Câblage symétrique on pousse vraiment le T1 à son maximum. Très bonne dynamique et résolution. Cependant le T1 trouvera plus vite ses limites qu’un HD800 sur ce genre de configuration ultra haut de gamme.

Le T1 à tendance à mettre en avant les défaut des mauvais enregistrements.

La restitution est assez claire, c’est un casque révélateur. Si vous cherchez un casque descendant et reposant ce n’est peut être pas le candidat idéal. Il faudra vous orienter vers un modèle type Audeze LCD2. Ici Il faudra vous habituer à la résolution et à l’extension dans l’aigu.

Si votre médiathèque regorge de Mp3 128k (que faites vous sur Tn?) ou si un album a été mixé ou enregistré avec une surdose d’aigus par exemple il apparaîtra agressif. Pour autant le casque à toujours une reproduction que j’ai trouvé juste et non agressive sur les morceaux et mix bien produits.

2013-08-03_202059

Le Beyerdynamic T1 et le Sennheiser HD800: le HD800 dispose d’un soundstage plus large latéralement.

Le placement dans l’espace des instruments est très précis sur les deux casques. Je trouve le T1 un peut plus naturel dans sa restitution moins analytique et plus naturel dans les basses.

Les deux casques sont assez clairs mais la signature du HD800 est plus analytique. Ces deux casques sont vraiment très performants.  A vous de choisir si la largeur du soundstage est pour vous le critère le plus important.

Il faut noter que les aigus du HD800 sont légèrement en avant sur certaines amplifications. Le HD800 est beaucoup plus demandeur que le T1 en terme d’amplification et de DAC pour arriver à en tirer le meilleur. Cependant bien entouré celui ci va légèrement plus loin en terme de résolution.

Le Beyerdynamic T1 et l’Audeze LCD2: Match assez difficile ici. Le LCD2 est vraiment typé comme casque et encore une fois le choix sera une question de préférences:

L’impact et le naturel du LCD 2 dans le registre grave restent imbattable. Beaucoup d’énergie d’impact et peu de distorsion. Je préfère le registre grave de celui ci façe au T1 globalement.

Le LCD2 est assez profond dans sa restitution et très chaleureux tandis que le T1 est équilibré, clair et propose un compromis profondeur/largeur de scène intéressant. Les basses du T1 sont moins emphasées et impactantes mais restent d’un très haut niveau de détail et de précision. C’est encore une question de préférence et de genre musical écouté.

Si je devais développer je dirais que le bas medium du LCD2 est peut être supérieur mais le T1 est plus précis sur le détourage des notes dans le medium et la qualité de restitution du registre aigu (drums …).

Le Beyerdynamic T1 et L’Audio Technica AD2000X: Le T1 dispose d’une signature assez différente de l’AD2000X. L’AD2000X est moins analytique et plus chaleureux. Globalement L’AD2000X est légèrement plus doux dans l’aigu. Il favorise l’ampleur et la restitution du medium. Le T1 n’a pas cette restitution du medium que l’on trouve sur l’AD2000X et qui se prete particulièrement au genres classiques, acoustiques ou Jazz. A coté de cela le T1 propose un grave plus sec et également plus précis et un très bon équilibre sur tout le spectre. La restitution est plus polyvalente et plus dynamique. L’AD2000X peut être également très intéressant en fonction du style écouté et avec une amplification adaptée à son profil.

Le Beyerdynamic T1 et les Beyerdynamic DT 770 & DT 990 pro 250 ohm: Bien que l’on ne soit pas dans la même gamme de tarif il est intéressant de comparer à la série DT qui était la série principale de Beyerdynamic durant de nombreuses années avant l’arrivée des séries Tesla.

Le Dt770 est un excellent casque fermé à un niveau de prix très bas avec un rendu assez naturel. Comparé au T1 il y a tout de suite une différence flagrante de résolution et de soundstage. Le T1 écrase le DT770 dans la majeure partie des cas et celui ci n’est pas aidé par son coté fermé.

Le DT990 offre un rendu plus intéressant, Le soundstage est plus large sans atteindre le recul obtenu sur le T1. On perçoit ici clairement le caractère du DT990 qui à tendance à accentuer le bas medium et les aigus vers 10khz . Le DT990 est assez dynamique mais le T1 est plus naturel. Plus juste dans le registre aigu, plus précis également sur la séparation des divers sons et il y a également un gain en profondeur.

Le rendu du DT990 reste cependant de très bon niveau et il conserve un caractère qui le rends agréable à l’écoute. Cela est assez exceptionnel compte tenu de la différence de prix.


Conclusion:

Le T1 est un superbe casque qui propose un savant dosage de précision, d’équilibre et de naturel. Il est recommandable pour tous les styles musicaux avec une prestation de très haut niveau à chaque fois.

Certains casques peuvent aller encore plus loin à condition d’y adjoindre du matériel très haut de gamme. Si le T1 ne livrera son potentiel maximum qu’avec un combo DAC+ Ampli relativement haut de gamme, il restera appréciable et assez facilement intégrable à une configuration moyenne.

Sortir d’une écoute avec le Beyerdynamic T1 rend difficile tout retour à un casque moyen de gamme. La résolution est beaucoup plus importante et l’on cerne immédiatement les défauts ou les compromis des autres casques. C’est un casque assez sobre au départ et qui plus on l’écoute plus nous surprend par son naturel, son recul, son habilité à résoudre des passages particulièrement complexes, sa qualité du registre grave ….

Le T1 est une référence en terme de naturel et de polyvalence. Rare sont les casque qui peuvent prétendre à un rendu aussi fidèle.

Advertisements